Je fais le plus beau métier du monde

Je fais le plus beau métier du monde

Le plus beau métier du monde ? Oui, je sais, il est tonitruant ce titre et bien affirmatif ! Mais je m’en vais vous expliquer pourquoi tous les jours que je me dis que je fais un métier magnifique ! Et que tout cela, c’est grâce à vous !

Oh j’ai reçu un mail !

« Merci. Merci pour cet après-midi de partage qui a fait remonter en moi tant de souvenirs ».

Voilà les premiers mots d’un message reçu le lendemain d’un atelier créatif que j’animais. Je ne m’attendais à rien. Après tout, mes élèves viennent me voir pour passer deux heures à réaliser un projet manuel. Ils me payent et moi, je leur enseigne les techniques pour fabriquer de jolies choses en papier, en bois, en laine, en peinture, en fil de fer, en carton… C’est un échange de service assez classique que je n’ai pas révolutionné.

Quoi de neuf docteur ?

Il y a échange et échange. Quand on est comme moi animatrice d’ateliers créatifs, on se rend vite compte que ce qui se joue est totalement différent. Et que tous les participants vivent ces heures comme un cadeau qu’ils se font.

Personne ne vient pour devenir le champion de la découpe aux ciseaux. Personne n’arrive en disant « Je sais ». Au contraire, ils s’assoient souvent  en s’excusant de ne pas être très manuels ni imaginatifs. Ils appréhendent de ne pas réussir aussi bien que ce qu’ils idéalisent. A l’heure des photos léchées d’Instagram ou de Pinterest, on est intimidé par la perfection affichée des autres. Et on rêve secrètement de leurs super pouvoirs.

Je souris et je rassure. Pendant tout l’atelier, il n’est nulle part question de compétition, de succès ou de fierté reposant uniquement sur la sacro-sainte réussite.  Nous partons en balade, tout simplement. Quand on a passé deux heures à déambuler en forêt, à ramasser des feuilles colorées, à construire des cabanes branlantes, à laisser son esprit vagabonder, à observer les siens et à se faire du bien, on ne revient pas chez soi en criant VICTOIRE ! Non, nous sommes simplement bien, heureux d’avoir pris cette pause dans nos vies.

Il se passe exactement la même chose quand on participe à un atelier créatif. Pendant deux heures, on respire, on se détend et on se laisse aller progressivement pour apprécier tout ce qu’apporte ce chemin récréatif. On bricole. On rigole. Et surtout, on s’entraide. Vous le voyez venir le plus beau métier du monde ?

Animatrice d’ateliers ou créatrice de fiertés ?

Vous savez, à la fin de ce moment, je les vois leurs sourires. Je la vois leur fierté incrédule. « C’est moi qui ai fait ça ? ». Les participants à mes ateliers sont venus pour réaliser un projet et ils repartent avec l’expérience d’une aventure personnelle. Ils sont riches de l’exploration de nouvelles facettes. Libérés pendant un temps de la course effrénée de leurs vies, ils soufflent et s’épanouissent.

Je lis les mots qu’ils m’envoient, par mail, sur mon blog, sur les messages privés de mes réseaux sociaux. Et mon cœur fait boum à chaque fois.

Je me dis alors que je fais le plus beau métier du monde. J’apporte de l’extra dans l’ordinaire. Je suis la joie supplémentaire qu’ils s’offrent, le fameux temps pour soi.

Créer aide à porter sur soi un regard moins sévère, plus enfantin et sympathique. C’est la récompense pour s’être donné une seconde chance.

Et c’est profondément régénérant. Pour vous, comme pour moi ! Alors merci pour tout cela. Et vive la création.